•  

     

     

    Catherine QUESADA dite Marion Warren

    "Galerie de Florence"

    CANNES juillet 1990

      

    N'attendons pas demain...

    Cueillons dès aujourd'hui

    Les Roses de la vie,

    Le Poête nous l'assure...

      

    Qui aime la Rose aimera le peintre Marion WARREN

     

    Elle peint et dépeint si bien ses pétales !

    Du pourpre au rose tendre, sa palette devient page d'écriture,

    et chaque couleur est un message où transparait éclat et pudeur !

     

    L'Artiste est bien déterminée à nous propulser dans cet infini astral,

    son domaine intemporel, où l'on puise enfin la sérénité...

     

    Sa passion devient alors une communication vibratoire...

    subtil message.

     

    Les limites du rationnel n'existent pas dans son esprit...

    Et aucun "Maître Etalon" ne la fera douter que vouloir

    c'est pouvoir accéder un jour au grandiose.

     

    Ses Roses sont références ! Elles deviennent prétexte et

    guide à la fois, en bouquet, sur leur tige ou en état d'appesanteur...

    Et chaque fleur semble se nourrir de sa propre substance,

    quasiment intemporelle.

     

    La force et la vitalité de Marion-WARREN se manifestent

    aussi dans les paysages aux cieux profonds et lourds, qui

    sont en réalité annonciateur de promesses...

     

    Elle compose dans le raisonnable et la compréhension

    subtile de l'ésotérisme... et ne se limite pas à la facilité

    d'une image figée et hermétique...

     

    Son imaginaire devient réalité et se veut rassurant.

    Issue d'une famille vivant de l'Art de la céramique,

    l'Artiste eut dès son plus jeune âge la couleur pour

    compagne et l'inconscient en détermina les valeurs.

     

    Au fil des ans, elle s'affirme et découvre le Pinceau.

    C'est alors la REVELATION.

    (Article Eros Star)

     

     

     

     

     

     

    La Rose se Marion WARREN, frappe enplein coeur le spectateur,

    parce qu'elle se détache du fond,qu'elle a rarement de tige (la défense,

    l'agressivité) et que finalement c'est une rose mystique dont les pétales

    s'ouvrent comme des lèvres de femme... Comme une sorte de source.

     

    Les roses de Marion-WARREN semblent avoir une vie autonome et

    renvoient directement à la symbolique du moyen âge qui entend

    l'amour aux deux sens du terme divin et terrestre, où il y a le don de soi

    et la générosité... une rose qui se nourrit de sa propre substance

    quasiment intemporelle.

     

    La force de Marion WARREN se manifeste aussi dans les paysages

    où le traitementdes fonds, permet à l'Artiste de rendre des effets

    de clair obscur qui dégagent une poésie d'ombres et de lumières

    très ésotériste.

     

     

     

     

     

    La dialectique de l'arbre, avec ses branches décharnées où

    des entités montent du tronc comme d'une sorte de matrice

    originale en appelant le ciel, participe d'un panthéisme mystique

    où l'âme de l'artiste s'exprime presque totalement.

    En fait, que veut dire Marion WARREN avec sa facture classique,

    mais où l'on dicerne un ton et une intensité, à cent lieues des

    contrefaçons et des fraudes du monde pictural actuel ??

    Je pense que sa démarche reflète des préocupations immédiates

    de notre modernité en plein désarroi, à savoir que les êtres humains

    font n'importe quoi pour échapper aux terreurs de leurs propres

    esprits, et que le matérialisme intense ne peut jamais

    complètement réussir.

    C'est là que se situe la honteuse évasion de nos contemporains

    où la musique, le papier, les images, la vitesse et les drogues

    ne sont que des fuites en avant, des substituts.

    Comme les idéologies ont fait faillites, que reste-t-il sinon

    le légendaire porteur lui-même des mysticismes les plus dévoyés.

    La vie moderne quoiqu'en disent les louanges secrètes

    d'abominables pollutions et des psychoses non moins redoutables.

    C'est pour cela que lorsque plus rien ne vient exorciser nos peurs,

    nos angoisses et nos doutes, il reste encore l'Artiste au coeur pur

    qui va nous conter les fées, l'amour, avec cet indicible qui pourrait

    s'intituler "le nom de la rose", et sue Marion WARREN

    tente de traduire avec modestie et sincérité.

    (Article Henry Michel MAGRE)

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :